Feu dans l’estomac- ventre

 

2015-08-18-

 

Feu dans l’estomac- ventre

qui déborde… »: voici le nom

des sapeurs pompiers

naturels

Chère lectrice, cher lecteur,

D’abord ça vous serre, ça vous tord, puis ça vous brûle carrément. Oui, vous sentez comme du feu dans l’estomac. C’est ce qu’on appelle une gastrite !

A l’origine de cette agression, on retrouve comme souvent le stress, les médicaments ou encore une alimentation inadaptée (fritures, graisses saturées, etc. ).

Le problème avec les traitements classiques (pansements gastriques, anti-acides) est qu’ils modifient la digestion des protéines et perturbent fortement la flore intestinale. On a signalé, en outre, 20% d’échec du à une résistance aux antibiotiques.

Voilà pourquoi, pour lutter contre les feux de l’estomac, vous trouverez dans le nouveau numéro de Plantes & Bien-Être le protocole pour faire appel en priorité aux sapeurs pompiers venus de deux compagnies naturelles : l’aromathérapie et la phytothérapie.

  • pour agir contre les spasmes douloureux, on pourra conseiller de l’huile essentielle de gingembre : 1 goutte 3 fois par jour diluée dans 1 cuillère à café de miel d’acacia ou même mieux de miel enrichi en propolis.
  • les huiles essentielles de menthe et de lemongrass, plus faciles à utiliser car moins agressives ont montré une action sur les douleurs de l’estomac et même une action sur l’Helicobacter pylori.

De nombreuses plantes peuvent aussi être utilisées :

 

  • La racine de réglisse diminue l’acidité et la douleur stomacale (conseillé en cas de gastrite, ulcère, aigreurs et reflux gastro-oesophagien),
  • Une algue calcifiée va lutter contre l’acidité de l’estomac : le lithothamne
  • La baie de canneberge a aussi une action anti-infectieuse dans le traitement des gastrites et des ulcères ; elle permet une meilleure absorption de la vitamine B12 et ses polysaccharides empêchent l’adhésion de l’Helicobacter pilori sur le mucus gastrique,
  • Vous découvrirez enfin une autre plante, mentionnée sur des tablettes de pierre datant d’environ 3000 ans avant Jésus Christ (!!!), et qui fait partie des meilleurs pansements protecteurs et cicatrisants.

Pour préparer ce numéro de septembre de Plantes & Bien-Être, tous les rédacteurs de notre équipe ont passé leur été dans les bois, les prés, les prairies, les forêts de nos régions, à la découverte des plantes médicinales les plus étonnantes.

Le problème est qu’il n’a pas été facile de les faire revenir à temps pour boucler cette édition !!! Et puis il y a ceux qui étaient trop bien, accroupis dans les hautes herbes, pour vouloir rentrer…

Mais nous y sommes arrivés. Et ça valait le coup : ce numéro est truffé d’informations inédites, de dossiers pratiques pour se soigner (le ventre notamment, comme vous allez le voir juste après) et de récits surprenants parfois teintés de mystère…

Nous publions également un dossier essentiel pour tous ceux qui n’auraient pas fait d’exercice physique depuis longtemps (ou pas assez), et qui ont du mal à reprendre. Avec ce guide, ils vont s’y remettre !!!

Un fabuleux pouvoir de motivation

Il faut dire que le dossier que vous trouverez dans ce numéro de Plantes & Bien-Être fonctionne comme le sifflet d’un entraîneur de course avec des lévriers. Lorsque vous l’aurez lu, vous n’aurez plus envie que d’une chose : marcher, bouger, nager, courir, danser, gravir une cote, et cela même si vous n’avez pas fait d’exercice depuis très, très longtemps.

Les conseils que vous allez y lire ont un tel pouvoir de motivation que je vous conseille de préparer dès à présent une bonne paire de chaussures de sport.

Mais commençons par le début, avec ces plantes qui donnent courage à ceux qui en manquent devant l’effort.

La meilleure preuve de leur puissance est qu’elles ont permis à des hommes hors du commun d’accomplir des exploits sans précédent : sportifs, soldats de troupes spéciales ou même cosmonautes, leurs performances doivent beaucoup à des cures de ginseng, de rhodiole ou d’éleuthérocoque. Plantes & Bien-Être vous donne tous les conseils pour en profiter vous aussi.

Plus près de chez nous, la gentiane a longtemps été prisée des coureurs du Tour de France pour sa capacité à augmenter l’endurance.

Depuis, ces artistes de la pédale ont légèrement dévié des sentiers tranquilles de la santé naturelle…mais c’est une autre histoire.

De votre côté, avant de vous lancer, une préparation musculaire à base d’huile de gaulthérie se révèlera à la fois échauffante, circulatoire et stimulante (attention à bien suivre le détail de notre préparation).

L’huile essentielle d’eucalyptus radiata, elle, augmentera votre potentiel respiratoire.

Après l’effort, comptez sur l’eucalytpus citronné, le romarin à camphre, le lavandin super et le millepertuis pour soulager les zones musculaires qui ont été sollicitées.

Mais ce n’est pas tout.

En cas de traumatisme, déchirure musculaire, élongation, entorse ou tendinite, vous allez découvrir nos mélanges d’une étonnante concentration en principes actifs, largement plus puissants qu’une pommade chimique !

Un dernier conseil lorsque vous reprendrez l’exercice : il faudra vous munir d’un autre outil. Très bon marché, vous allez voir, mais aussi indispensable que votre paire de baskets…

Egalement à lire dans ce numéro de septembre de Plantes & Bien-Être :

  • Druides : leur étrange testament vert. Voici d’étonnantes découvertes sur les savoirs des prêtres gaulois en matière de plantes médicinales. Une de leurs grandes spécialités était le soin des yeux. A la base des collyres qu’ils préparaient, on trouve des plantes connues pour leur action sédative, anti-inflammatoire en ophtalmie : suc de Chélidoine, pavot, tilleul, le buis…Pour d’autres raisons, ils s’intéressaient aussi à la consoude et fabriquaient de la pommade de bétoine. Et ces mystérieux savants, vous allez voir, avaient encore bien d’autres secrets.
  • Les (a)nanas et la cellulite. 4 tranches d’ananas, 3 cuillères à soupe de beurre de cacao, 1 cuillère à soupe d’huile d’amande douce : voici les ingrédients d’un époustouflant gommage naturel contre la cellulite. A faire en suivant minutieusement notre méthode.
  • Mescaline, ayahuasca, psilocybine : ces plantes « hallucinogènes » ont été discréditées par la mode « new age ». Mais la science a fait de remarquables découvertes sur leur potentiel thérapeutique : elles diminuent les troubles obsessionnels compulsifs, anxiété et dépression, en seulement quelques prises. Et il y a encore plus stupéfiant.
  • Brigade anti gaz. Au Moyen-Âge lorsqu’une épidémie de peste survenait dans un village, on courait chercher des baies de genièvre pour combattre la progression de la maladie. Les apothicaires à l’époque avaient largement devancé les études très sérieuses publiées depuis, qui démontrent l’action antiseptique du genévrier. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est l’utilisation magistrale qu’on peut faire pour éviter les gaz et les ballonnements (à ce propos, vous allez apprendre quelque chose sur la choucroute…). .
  • Eucalyptus : excellent à savoir si vous travaillez dans des bureaux en « open space » (espace ouvert).
  • Certains sont très beaux à regarder, d’autres parfument le rôti avec délice, et la plupart sont toxiques ! Quand on parle de lauriers, mieux vaut vraiment ne pas se tromper ! Reportez-vous à notre tableau complet détaillé. Il y a les bons, et les autres…
  • La douce amère…vous ne trouvez pas qu’elle a un joli nom ? En tout cas elle le porte bien : douce, c’est le médicament naturel de la tempérance, du calme retrouvé. Et amère? Là, vous verrez, c’est plus surprenant…

A lire aussi dans le numéro de septembre de Plantes & Bien-Être :

  • Enfin un vrai diplôme pour les naturopathes (enfin, certains…),
  • Une tisane à boire juste avant de faire ses mots croisés,
  • Le colosh noir, meilleur choix qu’un médicament pour soulager le fibrome utérin,
  • Un médecin qui a tous les talents (sauf la modestie) !

Votre abonnement d’essai à Plantes & Bien-Être EN

UN CLIC

Abonnez-vous à Plantes & Bien-Être pour faire profiter votre entourage, nos jeunes, et profiter vous-même de tous ces trésors.

Commencez tout de suite à bénéficier et à faire bénéficier vos proches des secrets oubliés des plantes et de la nature.

C'est le seul moyen de secouer le joug du système de santé tel qu'il est aujourd'hui organisé, pour le profit de quelques-uns mais contre la santé de tous.

En tant qu’abonné aux publications de Santé Nature Innovation, vous bénéficiez de votre offre d'abonnement en un clic au mensuel Plantes & Bien-Être. Il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et je vous envoie immédiatement votre premier numéro de Plantes & Bien-Être, au format papier à votre adresse 693 CHEMIN DE LA COLLE SUPERIEUR.

Le mois prochain et les suivants je vous enverrai de nouveau vos numéros directement dans votre boite à lettres. Si vous n’êtes pas plus que satisfait par votre journal, un seul mot de votre part et j’arrête votre abonnement d’essai. Bien sûr vous pourrez garder vos numéros déjà reçus.

Vous bénéficiez encore de votre offre spéciale découverte de 37€ pour un an d’abonnement (12 numéros) au format papier en France métropolitaine.

C'est le 27 août que ce numéro sera mis sous presse, et vous avez jusqu'au dimanche 26 août pour vous inscrire et le recevoir par la Poste.

Cliquez ici pour recevoir immédiatement, en un seul clic, votre nouveau numéro de Plantes & Bien-Être et souscrire à votre abonnement d’essai 100% gratuit pendant 3 mois.



En cliquant sur le lien ci-dessus, vous confirmez votre inscription d'essai à Plantes & Bien-Être. Vous pouvez annuler votre abonnement à tout moment sans justification.

C’est parce que je suis absolument persuadé de l’immense qualité de ce journal que je vous propose cette formule si avantageuse. Je vous rappelle que cette offre exceptionnelle est réservée aux abonnés de Santé Nature Innovation. Cliquez sur le lien ci-dessus pour en bénéficier immédiatement —l'offre expire dimanche 26 août à minuit.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

 

 

 

 

2015-07-17

 

 

« Au secours, j’ai le ventre qui

déborde… »

Chère lectrice, cher lecteur,

Si vous avez le ventre qui « déborde » un peu, allez-voir s’il y a un mètre souple dans votre boîte à couture. Et sinon, notez sur la liste des courses qu’il faut vous en procurer un d’urgence. Vous allez voir pourquoi : c’est très sérieux.

Car un gros ventre, ce n’est pas du tout une simple question « esthétique ».

Cela peut cacher un problème de santé beaucoup plus grave, qu’on appelle le « syndrome métabolique ».

Aujourd’hui, 15 % des Français souffriraient de ce syndrome, souvent sans le savoir.

Et cela alors que de nombreuses études montrent que l’embonpoint est associé à des risques cardiovasculaires, de diabète ou encore de cancer.

Voilà pourquoi le numéro d’août de Plantes & Bien-Être, que nous nous apprêtons à mettre sous presse, vous propose un test pour savoir si vous êtes atteint du syndrome métabolique.

Pour le faire, il faudra vous équiper de notre fameux mètre souple de couturière et effectuer cinq mesures précises. Grâce à cette méthode, vous saurez. Et si vous dépassez deux des critères retenus, il est temps de vous préoccuper très sérieusement de la taille de votre ventre.

Nous envoyons cette nouvelle édition de Plantes & Bien-Être en impression jeudi 24 juillet. Pour recevoir votre exemplaire chez vous, dans votre boite aux lettres inscrivez-vous en un clicgrâce au lien au bas de ce message avant mercredi 23 juillet à minuit.

Le mythe de la pilule antigros

Le numéro d’août de Plantes & Bien-Être ne se contente bien sûr pas de vous aider à identifier le syndrome métabolique.

Il vous donne un plan d’action détaillée pour lutter contre la bedaine.

Car autant vous dire tout de suite que si vous comptez sur le tout chimique pour vous aider à régler votre problème, un petit rappel s’impose.

La « pilule antigros », c’était en effet le rêve de certains cardiologues travaillant pour l’industrie pharmaceutique. La recherche de la molécule miracle s'est soldée par des scandales sanitaires comme l’Acomplia ou le Médiator…

Vous verrez dans ce numéro de Plantes & Bien-Être que la médecine naturelle et la phytothérapie proposent, elles, des solutions extrêmement efficaces, et sans le moindre effet secondaire.

En matière alimentaire, il faut absolument éviter de manger ces aliments que les anglo-saxons appellent la « menace blanche ». Ils sont 5, leur nom figure dans le dossier. Vous le noterez bien sur un post-it collé sur le frigo, avec la mention : plus jamais eux !

D’autres aliments sont au contraire à inviter d’urgence à votre table : végétaux frais et secs, plante aromatiques, vin rouge (un peu), etc.

Il existe également des micronutriments, souvent peu connus (vanadium, inositol) très utiles pour lutter contre la bedaine. Nous vous en disons plus à ce sujet.

Certaines plantes agissent également très efficacement contre les méfaits du surpoids. Notamment :

  • L’aronia noir : 300 milligrammes par jour d’anthocyanes de baie d’aronia noir pendant deux mois.
  • La margosse, dont les études ont montré qu’elle parvenait à diminuer l’obésité viscérale. A prendre à un moment un peu particulier.
  • La cannelle de Ceylan, prise à raison de 1/2 cuillère à café de poudre répartie en deux à trois prises quotidiennes.
  • Etc.

Ce numéro d’août de Plantes & Bien-Être a été conçu comme un guide pratique pour passer à l’action rapidement. Dans un tableau récapitulatif, vous trouverez pour chaque plante la partie à utiliser (baies, écorce, feuilles, etc.), la posologie et certains détails impératifs à connaître avant de les utiliser.

Ils vous livrent la recette de leur tisane secrète

6 des plus grands herboristes d’Europe nous ont révélé quelle était leur tisane secrète, et surtout, ils nous ont donné les détails précis de leur préparation. Vous verrez comment :

  • Andrée Fauchère, herboriste depuis plus de 40 ans en Suisse, prépare sa tisane à base de Rhodiola Rosea pour en faire un puissant antifatigue.
  • Claudine Luu, fondatrice de l’IMDERPLAM, école d’herboristerie, et présidente du laboratoire Phytofrance, aime le bleu de la sauge et révèle les résultats extraordinaires qu’elle peut en obtenir,
  • Dominique Cremer, herboriste belge, décerne son grand prix à une tisane apaisante de passiflore mélangée à de la matricaire et du tilleul,
  • Michel Pierre, célèbre fondateur de l’herboristerie du Palais-Royal à Paris, a pour préférée une étonnante composition de plantes pour le drainage. Et en bonus, il nous fait découvrir une plante étonnante, le lapacho, particulièrement utile pour certains problèmes de peau (eczéma, psioriasis)…
  • Pour Jean-François Astier, la star c’est la verge d’or, qui agit, c’est vrai, d’une façon très originale sur la fonction rénale,
  • Patrice de Bonneval, fondateur de l’école Lyonnaise des Plantes Médicinales, nous présente la « souveraine des maux de l’âme ». La tisane des difficultés émotionnelles. Son nom ? Une des belles surprises à découvrir dans ce dossier…

Mais ce numéro de Plantes & Bien-Être n’est pas seulement l’occasion de faire des découvertes étonnantes. C’est aussi le moment de passer à l’acte, de commencer à faire soi-même ses propres produits, notamment de beauté, aidé par l’un des meilleurs spécialistes de la cosmétique entièrement naturelle.

Beauté : éviter les pièges de la cosmétique

industrielle

Mauvaise nouvelle : plus de 60 % des cosmétiques conventionnels contiennent de potentiels perturbateurs endocriniens comme le triclosan, l’EDTA et certains parabènes.

Bonne nouvelle : avec un peu d’astuce, on peut parfaitement éviter ces cochonneries.

Julien Kaibeck, aromathérapeute et fondateur du mouvement Slow Cosmétique, vous explique comment repérer les ingrédients qui font du mal, et ne pas tomber dans les pièges (très bien tournés, parfois !!!) de l’industrie cosmétique.

Attention, le bio n’est pas toujours – loin de là – un gage suffisant de qualité. Vous allez comprendre pourquoi.

Ensuite, il vous aide à créer à votre tour votre propre cosmétique maison (100 % naturelle) pour prolonger la bonne mine de l’été. Et à découvrir un vrai trésor pour la peau, avec un sérum hydratant à base d’huile de noyaux d’abricot (ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de ciste…).

Pluie d’informations à prévoir !!!

Dans ce numéro de Plantes & Bien-Être, vous trouverez encore beaucoup d’autres informations passionnantes sur la phytothérapie, l’aromathérapie, l’homéopathie ou les dernières preuves scientifiques qui valident les vertus médicinales des plantes.

  • Chaleur écrasante : comment préparer des bâtonnets glacés…aux plantes ! En suivant méticuleusement notre recette, vous allez réussir votre première glace aux fleurs ou de délicieux bâtonnets rose et romarin qui vont stupéfier vos amis.
  • SOS Stress : le protocole à base de plantes pour redescendre sur la planète « Cool ». Cela commence par une infusion de plante minéralisante. Puis il vous faut choisir la plante adaptogène qui vous convient le mieux pour une cure de 6 semaines. Si vous cherchez une plante calmante à action rapide, vous verrez comment faire pour choisir entre mélisse, matricaire, valériane, agripaume ou passiflore.
  • Une aromathérapeute à l’hôpital. Le service d’hématologie (qui étudie le sang et ses maladies) de l’hôpital de Poitiers accueille une aromathérapeute pour soulager le quotidien de patients pendant des traitements de chimiothérapie très lourds. Les huiles essentielles leur sont très utiles lorsqu’ils sont en colère, pour lutter contre l’anxiété, les douleurs aigues etc.
  • Pour arrêter de fumer, essayer le spray buccal qui change le goût de la cigarette ! Un peu comme le capitaine Haddock, quand un drôle de goût dans sa bouche lui rend le whisky insupportable, un spray à base d’Huile Essentielle de camomille romaine, d’HE de santal, d’HE d’angélique et d’HE d’eucalyptus radié pourrait vous faire passer l’envie de fumer.
  • Quand le cœur bat la chamade, allez voir du côté…des nerfs, et proposez-leur une douce tisane calmante à base d’aubépine, de rooïbos, d’ortie et de prêle.

A lire aussi dans ce numéro de Plantes & Bien-Être :

  • Un masque bio naturel pour tonifier les cheveux,
  • Un botaniste nous présente les fabuleux légumes sauvages du Liban,
  • Rosa Canina pour refaire ses défenses immunitaires,
  • Le ginkgo multiplie par deux le désir sexuel…des femmes.

Votre abonnement d’essai à Plantes & Bien-Être EN UN CLIC

Abonnez-vous à Plantes & Bien-Être pour faire profiter votre entourage, nos jeunes, et profiter vous-même de tous ces trésors.

Commencez tout de suite à bénéficier et à faire bénéficier vos proches des secrets oubliés des plantes et de la nature.

C'est le seul moyen de secouer le joug du système de santé tel qu'il est aujourd'hui organisé, pour le profit de quelques-uns mais contre la santé de tous.

En tant qu’abonné aux publications de Santé Nature Innovation, vous bénéficiez de votre offre d'abonnement en un clic au mensuel Plantes & Bien-Être. Il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et je vous envoie immédiatement votre premier numéro de Plantes & Bien-Être, au format papier à votre adresse 693 CHEMIN DE LA COLLE SUPERIEUR.

Le mois prochain et les suivants je vous enverrai de nouveau vos numéros directement dans votre boite à lettres. Si vous n’êtes pas plus que satisfait par votre journal, un seul mot de votre part et j’arrête votre abonnement d’essai. Bien sûr vous pourrez garder vos numéros déjà reçus.

Vous bénéficiez encore de votre offre spéciale découverte de 37€ pour un an d’abonnement (12 numéros) au format papier en France métropolitaine.

Je vous rappelle que c'est le 24 juillet que ce numéro sera mis sous presse, et que vous avez jusqu'au mercredi 23 juillet pour vous inscrire et le recevoir par la Poste.

Cliquez ici pour recevoir immédiatement, en un seul clic, votre premier numéro de Plantes & Bien-Être à votre adresse 693 CHEMIN DE LA COLLE SUPERIEUR.



En cliquant sur le lien ci-dessus, vous confirmez votre inscription d'essai à Plantes & Bien-Être. Vous pouvez annuler votre abonnement à tout moment sans justification.

C’est parce que je suis absolument persuadée de l’immense qualité de ce journal que je vous propose cette formule si avantageuse. Je vous rappelle que cette offre exceptionnelle est réservée aux abonnés de Santé Nature Innovation. Cliquez sur le lien ci-dessus pour en bénéficier immédiatement —l'offre expire mercredi 23 juillet à minuit.

Bien à vous,

Alessandra Moro Buronzo,
Rédactrice en chef de Plantes & Bien-Être